St. GERMAIN DES PRES PARIS QUE J’AIME

Saint Germain des Prés a connu ses heures de gloire après la libération de Paris, la France renaissait, les américains avaient amené le jazz dans leurs bagages, Sydney Béchet, Boris Vian, Juliette Gréco animent les nuits chaudes dans les caves du quartier, les zazous investissent le Tabou pour danser le swing avec l’orchestre de Claude Luter. Le club Saint Germain, voisin du Café de Flore et des Deux Magots attire une clientèle autre que les existentialistes, ce club de jazz est fréquenté par des intellectuels et le monde des arts et lettres et du spectacle qui viennent y applaudir des grands jazzmen américains comme Duke Ellington, Miles Davis, Kenny Clarkc mais aussi des français, Django Reinhardt, Martial Solal. Mais cette époque est révolue, le quartier a changé, on y vient pour se promener, boire un verre à la terrasse d’un café, découvrir son passé ancien, bref on y va pour muser.

Brasserie Lipp

Brasserie Lipp

Commençons notre balade par le boulevard Saint Germain, sur le côté impair, au 151 se dresse la devanture de la brasserie Lipp fondée en1880 par un alsacien, Léonard Lipp qui a fui son Alsace natale pour échapper à la germanisation induite par la débâcle française de 1870; en 1920 le restaurant change de propriétaire, il est racheté par monsieur Marcellin Cazes qui procède à des travaux d’embellissement, il fait poser des mosaïques sur les murs intérieurs et décorer le plafond dans le style 1900 ce qui amènera à un classement aux monuments historiques. La brasserie Lipp est devenue une institution et en 1935 Marcellin Cazes crée un prix littéraire à son nom. En 1965 la brasserie est mêlée à un fait divers qui fit grand bruit, l’enlèvement de Mehdi Ben Barka, client du restaurant, par les services secrets marocains.                   Côté pair du boulevard, face à la brasserie Lipp, le Café de Flore offre sa terrasse aux touristes assoiffés. Ouvert sous le règne de Napoléon III, le Flore a toujours attiré les hommes de lettres, tel Huysmans; à la fin du XIXème siècle, Charles Maurras participe au Flore à la création de la revue « Action Française ». Début XXème siècle, Guillaume Apolinaire, André Breton, Louis Aragon fréquentent l’établissement; dès 1930 les grands noms de la littérature française assiègent le Flore, Queneau, Fargue, Bataille, Desnos, mais aussi des peintres de renom, Picasso, Derain, Giacometti. Pendant la seconde guerre mondiale, Jean-Paul Sartre et sa muse Simone de Beauvoir y tiennent salon.              A deux pas du Flore « Les Deux Magots » est un café à l’ancienne avec serveurs en tabliers blancs qui servent en plateau comme à son origine en 1884. On retrouve dans sa clientèle les poètes, Verlaine, Rimbaud, Mallarmé; plus tard les Deux Magots deviendront la mecque du surréalisme avec à sa tête André Breton suivi par Aragon, Eluard, Soupault. En 1933 un groupe de surréalistes attablés au Deux Magots décident la fondation d’un prix littéraire pour contrer le Goncourt. Le premier lauréat du prix des Deux Magots est Raymond Queneau pour son livre  » Le chiendent » édité chez Gallimard. En 2016 le prix est attribué à Pierre Adrian pour « La piste Pasolini » aux éditions Les Equateurs.

L’église Saint Germain est une partie restante d’une grande abbaye fondée au VIème siècle par le roi Childebert Ier, fils du mérovingien Clovis; le lieu de culte originel ayant été détruit,une reconstruction voulue par l’abbé Morard débute vers l’an 1.000, la nef, le transept et la partie basse du clocher de l’église actuelle datent de cette époque, la flèche couverte en ardoise est du XIXème siècle. A la révolution les moines sont chassés de l’abbaye devenue bien national: vendue aux enchères l’ensemble des bâtiments, inclue l’église, semblent voués à la destruction mais une raffinerie de salpêtre s’y installe qui va fonctionner jusqu’en 1802. En 1803 l’église est remise au culte, une longue période de restauration s’ouvre et verra son aboutissement en 1862 par le classement aux monuments historiques. Le palais abbatial de Saint Germain des Prés doit sa construction au cardinal Charles de Bourbon nommé en 1562 abbé commendataire de Saint Germain des Prés. En 1586 le cardinal confie à Guillaume Bullant l’édification d’un palais sur les terres de l’immense abbaye, c’est une des premières constructions de style Louis XIII qui allie la brique à la pierre de taille. Vendu comme bien national en 1797 le palais abrite entre autre un sculpteur, James Pradier, qui y installe son atelier, c’est là qu’il sculpte les « Victoires » qui entourent le tombeau de Napoléon Ier. Après sa restauration dans les années 1970, le palais abrite maintenant différents centres de formation de l’Institut catholique de Paris. Le musée Eugène Delacroix, rue de Furstenberg est la dernière demeure du peintre, il s’y est installé le 28 décembre 1854 pour se rapprocher de l’église Saint Sulpice où depuis 1847 il décorait une chapelle. Le peintre vécut en ces lieux jusqu’à sa mort le 13 aout 1863. Il fit construire son atelier dans le petit jardin privatif dont il avait la jouissance; il écrit dans son journal: « la vue de mon petit jardin et l’aspect riant de mon atelier me causent toujours un sentiment de plaisir ». Rénové en 2012 le jardin offre aux visiteurs une approche qui répond bien à l’ambiance générale du lieu que Delacroix a connu. La rue de Buci fut ouverte au XIIIème siècle, c’est une des artères les plus anciennes de Paris et des plus typiques aussi avec ses étales en plein air dont l’origine remonte au moyen âge; le 31 mai 1942 sous l’occupation allemande la rue de Buci est le théâtre d’une manifestation de la résistance contre le rationnement, des femmes envahissent et pillent restaurants et épiceries de luxe pour partager les vivres, pendant l’intervention de la police deux policiers sont abattus par les hommes d’un groupe de protection, l’évènement fut qualifier d’attentat terroriste. La rue Visconti est une voie étroite ouverte en 1540 sous le nom de Marais Saint Germain, aujourd’hui son calme et son ambiance « Vieux Paris » tranche avec l’agitation de la rue de Seine dans la quelle elle aboutit. Au XVIème siècle elle fut renommée « Petit Genève » à cause des nombreux protestants , dont Bernard Palissy, qui y trouvèrent refuge pour échapper au massacre de la Saint Barthélémy, c’est en 1864 qu’elle prit le nom de Visconti en l’honneur de l’architecte Louis Visconti auteur du tombeau de Napoléon Ier aux Invalides. Des personnages importants vécurent dans cette rue, Mérimé au numéro 20, Balzac au 17, Racine y mourut au 24. L’Ecole des Beaux Arts est installée au 14 rue Bonaparte dans des bâtiments qui regroupent d’anciens hôtels particuliers et les vestiges de l’ancien couvent des Petits-Augustins fondé par la reine Margot; l’école remplace en ces lieux le Musée des Monuments Français créé en 1795 par l’archéologue Alexandre Lenoir. Au fond de la cour d’honneur, une imposante façade, celle du Palais des Etudes est l’oeuvre  de deux architectes, François Debret et Félix Duban.

La rue de Nevers est une ruelle très étroite dont l’origine remonte  au XIIIème siècle, à cette époque elle était fermée par deux portes et était connue sous le nom de « Rue des Deux Portes », c’est en 1636 qu’elle fut appelée rue de Nevers car elle longeait les bâtiments de l’Hôtel du même nom. Longue de 163 mètres et large de 8 mètres elle se termine en impasse après le débouché de la rue de Nesle. Au fond de la voie, subsiste des restes de l’enceinte que Philippe Auguste fit élever pour protéger Paris des attaques possibles des anglais menés par les Plantagenet.

Advertisements

A propos francoisclaude

J'aime beaucoup voyager, en France comme à l'étranger et lors de ces déplacements, j'essaie de faire de bonnes photos et vidéos.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour St. GERMAIN DES PRES PARIS QUE J’AIME

  1. maurtimer dit :

    Merci Claude , c’est aussi le Paris que j’aime, un quartier où je flane dès que je suis à la capitale

  2. Salut Georges, tu es maintenant éloigné de la capitale mais je sais que tu as toujours plaisir à revenir y trainer tes guêtres et que tu en profites pour augmenter ton album photo de superbes clichés. Bon 14 juillet et bonnes prises de vues.

  3. vavadu92 dit :

    Coucou Claude
    Oupss pas vue ton nouveau billet à l’aube 🙂 je n’ai pourtant pas été guincher , ni entendu cette nuit les feux d’artifices. A part à 3 h du mat les pétards ou là j’étais déjà debout et surtout derrière le pc pour transférer mes petits mails.
    Très beau billet comme d’habitude bien détaillé.
    Un beau quartier Saint Germain des Prés , très apprécié par les touristes. La rive gauche se réfère davantage à un style de vie, de mode, ou à une apparence différente que la rive droite.
    Une de ses rues les plus connues est le boulevard Saint Germain, célèbre pour ses cafés comme tu l’as indiqué.
    C’est quand que tu me payes un pot au café de Flore ? mdr 🙂
    Bon 14 juillet à toi. Gros bisous

  4. Moi il y a bien longtemps que je ne guinche plus, 14 juillet ou pas, mais prendre un pot au Flore ou aux 2 magots ça reste possible. tu fais le pont du 14 juillet ? Bises.

    • vavadu92 dit :

      Oui Claude , le pont forcé je ne travaille pas. Mais je fais le C ..
      Je pense à ma pré retraite dossier envoyé j’attends leur réponse..
      Moi cette année je ne suis pas allé au bal des pompiers.comme d’habitude.
      Et réveillez cette nuit , en écoutant les infos sur NICE..
      Pff donc juste peu d’ envoie de mail.
      Bonne fin de semaine à toi mon petit Claude BISOUS

  5. kmaidy2 dit :

    Il n’y a plus d’après. A Saint-Germain-des-Prés Plus d’après-demain. Plus d’après-midi. Il n’y a qu’aujourd’hu … et je pense de suite à J Greco !
    merci Claude, pour cette intéressante promenade à travers ce Paris que tu aimes ,
    avec de gros bisous !

  6. kmaidy2 dit :

    bonjour Claude,
    je comprends que tu y tiennes beaucoup … je pense aussi à Carlos qui adorait boire un verre ou plus au café de Flore
    te souhaite un bon dimanche, sous le soleil, avec des bises !

  7. jcbrossard1 dit :

    Encore un super reportage, c’est un de mes quartiers favoris, par le bus il me faut 10mn pour me trouver à St Germain, on retrouve aisément nos anciens bons souvenirs , le lieu n’a pratiquement pas changé, merci de nous faire revisiter une partie de Paris, amicalement, Monique Brossard

  8. jcbrossard1 dit :

    pour la première fois j’ai eu un mal fou à arriver dans votre site??????????????

  9. Encore un super reportage, c’est un de mes quartiers favoris, par le bus il me faut 10mn pour me trouver à St Germain, on retrouve aisément nos anciens bons souvenirs , le lieu n’a pratiquement pas changé, merci de nous faire revisiter une partie de Paris, amicalement, Monique Brossard

    Répondre

    jcbrossard1 dit :
    Votre commentaire est en attente de modération

    19 juillet 2016 à 19 h 42 min

    pour la première fois j’ai eu un mal fou à arriver dans votre site??????????????

    Répondre

  10. j’ai trouve mon erreur, toutes mes excuses pour ces mails en double, bonne soirée

    • Bonjour, de retour de la campagne, je trouve vos commentaires, mais vous n’avez pas à vous excuser, worrdpress est un petit peu compliqué lorsque l’on a pas l’habitude de l’utiliser. Je vous souhaite une bonne semaine et vous adresse mes amitiés.

  11. jcbrossard1 dit :

    J’avais il y un certain temps ou un temps certain, peut être une pas trop mauvaise plume, ce n’est plus le cas maintenant !!! et de surcroît , sur le net je fais des fautes!!!!!, je suis loin d’arriver à la cheville de votre ami le « philosophe », je suis très amusée par ses écrits, en autre le dernier .
    Bonne soirée, amicalement. Monique Brossard

  12. jcbrossard1 dit :

    Je vois que mon profil ne s’affiche pas, j’ai encore fais une bêtise, mon petit Fils le dernier (23ans) arrive la semaine prochaine, je vais lui demander de m’aider, mais comme d’hab!! il n’aura pas le temps!!!!!!!!!!! j’ai appris qu’on avait toujours le temps, qu’ il suffisait de bien le gérer (ce ne doit plus être actualité à ce jour)!!!!! dommage

  13. kmaidy2 dit :

    bonjour Claude,
    nous n’avons plus du tout de nouvelles de toi ? comment vas tu Claude ?
    te souhaitons un bon mois de septembre,
    avec des bises !

  14. vavadu92 dit :

    Coucou Claude Tout comme Maidy
    çà nous inquiète là . Fais nous signe BISOUS

  15. vavadu92 dit :

    Tiens Bizarre j ‘avais mis un com ce mat juste derrière Maidy
    Idem que pour Maidy . Mais elle vient de me dire que tu as mis AIME sur son billet
    Nous voilà rassurée 🙂 BISOUS

  16. vavadu92 dit :

    J’insiste j’ai posté un com hier disparu oh …après Maidy concernant la même pensée.
    Bisous Claude

    • Merci de penser à moi, tout va bien, j’ai seulement prolongé mon séjour en Bourgogne pour échapper a l’écrasante chaleur de la région parisienne, je me sentais tellement bien dans la fraîcheur de ma vieille maison de campagne (elle a plus de 100 ans).Grosses bises à vous deux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s